Philosophie - www.galiam.net

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Philosophie

Education et Numérique > Les enseignements
 
 
 


Histoire des idées, philosophie ...  

Qu’est-ce qu’une idée ? C’est un concept, une notion, une image, une pensée. Penser ?  Le singe pense-t-il ? Malin qui sait y répondre.  A l’homme, il est convenu d' accorder  le privilège de penser. Depuis quand pense-t-on qu’il pense ? Une autre convention, sans date  ni auteur situe cette époque comme étant contemporaine de l’homme de Cro-Magnon, l’homme des cavernes. Comme on le constate, la philosophie pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses. Mais l'homme veut comprendre. En philosophie bien plus qu'ailleurs,  "on se lasse de tout, excepté de comprendre."

Charles Darwin a-t-il, oui ou non raison lorsqu'il soutient que l'homme descend du singe ? Comment se fait-il que le singe ne soit toujours pas descendu de l'arbre ? Comment l'homme, arrière petit neveu du singe (selon cette thèse) a-t-il acquis son âme et le singe pas encore ? Or l'âme de l'homme a tellement occupé les premiers philosophes a un point tel que la question de son imortalité constitua le sujet du dialogue que Socrate aborda avec ses disciples durant les dernières de sa vie.

Après si peu de mots et déjà beaucoup de questions, il est aisé de comprendre pourquoi les hommes mettront encore longtemps à "philosopher". Qu’importe ! Ils ont déjà  tellement de choses à partager qu’il faut bien qu’ils s’accordent sur le sens de certains concepts.

Leurs outils communs de compréhension les mieux partagés sont les fruits de l’intelligence et les éclairages de la sagesse. Cette dernière, qui sous-entend à la fois discernement et appréciation, jugement et entendement, logique et déduction, raisonnement et démonstration mais et également connaissance, science et conscience,  n’est pas fait pour tout simplifier. Pourquoi ?

Parce que celui qui se voudra le plus sage devra prouver pourquoi et en quoi il a raison. Il lui faudra donc argumenter avec méthode pour mieux réfuter les thèses qui paraitront contraires aux évidences de sa raison. Sa démarche "rationnelle" ne trouvera le repos qu’après avoir vaincu,
par preuves et justifications, les allégations ou postulats contraires à la vérité qui est la sienne. Quelle satisfaction lorsqu’il y parvient ! Combien y sont parvenus ?   

Soit par choix soit  par ignorance, l’homme des cavernes, semble-t-il, se contentait de vivre l’instant présent, tachant comme  les autres êtres vivants de se conformer au dictat de ses sens dont l’unique impératif ne serait que d’être, du mieux qu’il est possible, en harmonie avec la nature environnante. De ce temps là, l'écologie était encore sauve et harmonieuse.

Depuis le moment où l’homme s’est embarrassé de l’amour de la sagesse, il a ouvert avant l’heure, la boîte  de Pandore donnant ainsi naissance à la philosophie, chose évanescente, instable, délicate mais combien pérenne depuis des millénaires. Pour en faire mémoire, les hommes qui n’ont pas faim car, comme le rappelle Félix Houphouët Boigny, "
L’homme qui a faim n’est pas un homme libre. Celui qui est écrasé par les préoccupations matérielles n’a ni le temps, ni le courage ni la force de s’élever au-dessus des contingences immédiates et de se conduire en être pensant." Donc, des hommes rassasiés de pain  ont entrepris  de hisser le débat philosophique au sommet de la pyramide de Maslow et cela avant Maslow.



A qui la faute ? Ou plutôt, à qui l'honneur ? Sans doute aux préscocratiques dont Thales, Pytagore, Anaxagore et  Aristote qui, en développant  "l'esprit rationnel", prônèrent les premiers,  le "noüs" grec :  "intelligence éternelle"  ou "raison". Ce faisant ils soumirent  les interrogations de l'homme à la raison éclose.                                                                                                                                                                                                


à suivre. ...

Retrouvez ici vos penseurs préférés et rafraichissez votre mémoire philosophique. Exemple: sur la page qui va s'ouvrir, saisir Socrate ou Voltaire ou le philosophe de votre choix.


J. COMPAORE




 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu